Aujourd’hui j’ai une grosse pensée pour toutes les personnes qui ont fait le Paris Mantes la nuit dernière. Je l’ai fait l’année dernière et je me souviens qu’il y a un an, jour pour jour, j’étais complètement morte, je ne pouvais même plus marcher (ce n’est pas une façon de parler). Je venais de vivre une épreuve de dingue à surmonter physiquement et moralement. Et là, à cette heure je venais de me réveiller d’une longue sieste de récup et le corps allait un tout petit peu mieux.

C’est quoi Paris Mantes ?

C’est une marche de nuit qui a lieu tous les ans, en Janvier, entre Paris et Mantes la Jolie. Il y a 2 parcours (principaux) : 39 km et 52 km. Le départ du 52 km est à minuit et le mien du 39 km était à 1h du matin. On peut se dire que ce n’est que de la marche et que finalement l’été, on fait des randos et que ça va, ce n’est pas trop difficile mais je peux vous dire que le Paris Mantes n’a rien à voir !!

paris mantes

Cette épreuve est rude : le vent glacial dans les plaines (et cette année en plus ils ont dû avoir de la pluie aïe aïe) ; la fatigue qui s’accumule, la douleur dans tout le corps, les os et les articulations qui souffrent…

A partir d’un moment (environ à la moitié du parcours), mon corps était en pilote automatique et je devais dissocier les pensées, des gestes de jambes et pieds. Je me répétais « la douleur n’est qu’une information ». On est obligé d’avancer, on est obligé de se dépasser. Ça demande vraiment de repousser ses limites. Au final on a fait les 39km en 7h40 et franchement pour moi qui n’étais pas très entrainée l’année dernière, j’étais contente. Car beaucoup de gens ne vont pas au bout… ou arrivent à 11h le lendemain matin….

Les 3 jours suivants, j’étais complètement cassée !! Le 1er jour, je ne pouvais même plus marcher tellement les muscles de mes jambes étaient déchirés… Je me traînais par terre à la force des bras (ça montre mon manque de préparation…je sais… ce n’est pas bien).

Mais ce qu’on retire d’une épreuve pareille, c’est de la fierté ! La fierté d’être allée au bout, d’avoir surmonté les difficultés, d’avoir renforcé son mental !! Car le mental fait bien 70% du travail cette nuit-là ! On se sent plus forte et positive !

Je pense que c’est important de se donner des défis dans la vie ! Ça nous pousse vers l’avant ! Même si le parcours n’a pas été sans douleurs, j’ai trouvé le corps incroyable ! Oui je l’avais déjà fait plusieurs fois quand j’étais jeune mais là ça faisait bien 10 ans et avec l’âge et le manque d’entrainement j’avais un peu peur de ne pas être à la hauteur ! Et je l’ai fait !

Comment bien se préparer au Paris Mantes ?

Si vous voulez le faire l’année prochaine, voici le site où vous pourrez vous inscrire : http://as-mantaise.asso.fr/rubrique/pm/regle/jc_pmrg.htm

Et surtout voici quelques conseils bien utiles pour vous préparer et affronter la marche :

  • Entrainez-vous plusieurs mois avant ! C’est quand-même mieux d’être en bonne forme physique pour faire cette marche de nuit. Pas comme moi par exemple. J’ai vu beaucoup de personnes qui n’allaient pas jusqu’au bout… Dommage. Pour cela pratiquez un peu de cardio, de la marche, du vélo…
  • Entourez-vous ! C’est vraiment mieux de le faire en groupe car ça motive, on se soutient quand l’un ou l’autre commence à avoir mal et veut baisser les bras. Il y a des parcelles de plaines super longues où on n’en voit pas le bout et quand on est seul on peut vraiment avoir un coup de mou. Donc motivez-vous en groupe, c’est indispensable.
  • Couvrez-vous ! Mais pas non plus comme un oignon avec 50 sous pulls ou pulls. Choisissez plutôt des vêtements techniques qui gardent la chaleur du corps à l’intérieur. Les vêtements de running pour l’hiver sont top pour ça. Un bon coupe-vent et des bonnes chaussures qui surtout doivent être bien faites à votre pied!! Ne prenez pas de chaussures neuves ou presque neuves sinon au secours les cloques !
  • Ne vous surchargez pas ! On a tendance à envisager toutes les difficultés possibles et inimaginables quand on part à l’aventure… Ou à penser qu’on va manquer de quelque chose et c’est la grosse erreur à éviter. Si vous prenez un sac à dos trop lourd, trop chargé vous allez avoir mal aux épaules, au dos à la moitié du parcours et ça va amplifier les douleurs dans tout le corps. Prenez l’essentiel : une bouteille d’eau, quelques pâtes de fruits, quelques pansements si besoin, quelques mouchoirs, une lampe frontale (bien utile pour la partie dans la forêt au tout début du parcours quand il fait nuit noire)… et prenez un sac à dos ergonomique comme pour les randos avec des renfos pour soulager le dos.
  • Ne loupez pas les ravitaillements ! Pour le 39 km il y en 2 : un au début du parcours du 39 km (au bout d’1h30 de marche) et un à la fin du parcours (avant les 6 derniers km environ). Profitez-en pour boire un verre de soupe, un café, manger un fruit. Je me rends compte que moi dans cette épreuve mon système digestif est en veille car toute mon énergie est concentré dans les jambes et du coup je ne ressens pas la faim et pourtant pour le dernier ravitaillement, il faut un peu se forcer à avaler un peu de sucre car on n’a pas mangé de la nuit. On a dépensé de l’énergie toute la nuit. Il reste encore des kilomètres et le corps a besoin de carburant…
  • Ne vous arrêtez pas, ne vous asseyez pas ! Si vraiment vous avez besoin d’une pause, ralentissez 10 minutes debout… Mais pas plus ! Si vous vous asseyez, c’est foutu ! En plus de vous couper les jambes, vous n’allez plus pouvoir repartir car vous allez vous refroidir et avoir les jambes lourdes à porter ensuite. J’ai croisé beaucoup de personnes assises au bord de la route qui en avaient fini… et tout ça à la base parce qu’elles voulaient faire une pause.

fin paris mantes

AUCUN COMMENTAIRE

LAISSER UN COMMENTAIRE