En reprenant des oeuvres cinématographiques, peintures et symboles mondialement connus et en les détournant en y plaçant la très célèbre Barbie, Jocelyne Grivaud commémore le 50ème anniversaire de la poupée Mattel.

  « C’est une idée qui, comme souvent, a mis du temps à prendre racine. ça commence un jour de novembre 1967, avec un cadeau tout de tendresse.

C’était rose, mousseux et d’une délicatesse extrême. 
Avec une patience d’ange, ma mère avait, en secret, tricoté pour ma poupée Barbie une robe de chambre et une paire de chaussons minuscules ! Je crois me souvenir qu’il y avait d’autres vêtements, mais ces chaussons, avec le petit nœud rose sur le dessus, m’avaient totalement subjuguée.

Puis, j’ai grandi, la poupée a disparu, mais l’élégance et la grâce de cette Barbie d’enfant me sont restées, avec ce petit chausson, au fond d’une boite à secrets.

Alors un jour, comme ça, l’idée de prolonger, dans les images que j’aime, ce morceau d’enfance, a pris forme. Barbie est souvent critiquée, car trop blonde, trop superficielle, trop maigre, trop « idéal marketing », trop ci, trop là. C’est justement ce profil si célèbre que j’ai voulu appliquer à d’autres images emblématiques.

Voici donc mon expo « perso », cadeau d’anniversaire de ma poupée fétiche superposée à la vision d’artistes dont j’aime particulièrement le travail. 
Qu’ils soient tous remerciés d’avoir créé de si fortes images, merci à Ruth Handler d’avoir imaginé cette « poupée mannequin » qui a enchanté mon enfance. »

Jocelyne Grivaud

Source : http://www.barbiemamuse.com/

AUCUN COMMENTAIRE

LAISSER UN COMMENTAIRE